21 janvier 2010

La grandeur d'Haïti...

Lorsque l'on parle d'Haïti, la première pensée que l'on a est « pauvreté ». Certes, ce pays est aujourd'hui l'un des plus pauvre de la planète, mais nous sommes-nous déjà interrogés sur le pourquoi ? Les haïtiens ne sont pas plus bêtes, ou fainéants que les autres pourtant !

C'est dans l'histoire du pays qu'il faut aller chercher les explications. Enfin, quand je dis « l'histoire du pays », je devrais plutôt dire dans Notre histoire, celle de l'empire colonial français. Peut être l'a-t-on oublié, mais Haïti fut le fleuron de nos colonies, le pays le plus riche, celui qui donna tant d'opulence à la France, grâce à la culture d'indigo et de canne à sucre, mais grâce aussi avec le commerce qu'elle entretenait avec les pays d' Amérique du Sud, et de toutes les Caraïbes.

Alors, comment une terre aussi prospère a pu devenir le lieu symbolisant toute la misère de la Terre ? Parce que la France saigna ce peuple à blanc (sans mauvais jeu de mots) afin de lui faire payer son outrageuse indépendance !

Dès 1793, Haïti proclame l'abolition de l'esclavage sur son territoire, avant que la Convention ne la suive en étendant cette abolition à l'ensemble des colonies française, six mois plus tard. Toussaint Louverture, général de l'armée napoléonienne fut promu gouverneur de l'île, et mit en place des réformes avant-gardistes, qui ne devaient arriver en métropole que beaucoup plus tard, parmi elles l'instauration d'une école publique gratuite, laïque et obligatoire pour tous les enfants. Bien avant Mandela en Afrique du Sud, il s'attacha ce que cette future première nation issue directement de l'esclavage ne pratique pas de Code Blanc, faisant même revenir des colons blancs parce qu'il estimait que tous pouvaient vivre ensemble et faire prospérer le pays. La promulgation de la Constitution d'indépendance ne fut cependant pas du goût de tout le monde, et Toussaint Louverture fut démis de ses fonctions avant que d'être déporté en métropole, où il mourut dans une geôle de la forteresse de Joux (Doubs).

Mais cela ne remis pas en cause le processus entamé par les haïtiens pour leur indépendance, qui fut proclamée officiellement le 1er janvier 1804 (mais non reconnue par Paris). Cette liberté, la France la lui fit payer très cher. En 1825, Charles X promulgue une ordonnance qui reconnaît l'indépendance du pays contre une indemnité de 150 millions de francs-or (la somme sera ramenée en 1838 à 90 millions de francs), ce qui fut à l'origine de l'endettement et du déboisement du pays. Durant de très nombreuses années, la France s'attacha a couper l'île de ses contacts avec l'Amérique du Sud et les autres pays des Caraïbes, installant un véritable cordon isolant.

Je ne m'étendrai pas plus longuement sur le sujet, je vous invite à visionner l'excellente émission diffusée lundi soir sur France 3 , « Ce soir où jamais »

Posté par Isabelle Loredan à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires sur La grandeur d'Haïti...

Nouveau commentaire